Le regard des autres…

Martine-2

Quand je n’étais pas encore maman il m’est arrivé de parfois râler dans un avion/bus/train à cause de bébés qui pleuraient.

Il m’est arrivé de lancer peut-être un regard moralisateur en voyant un petit monstre faire son scandale au supermarché (le vrai scandale hein, roulé parterre, hurlements & compagnie, sinon c’est pas drôle).

Il m’est arrivé sans doute aussi de me dire que tel ou tel petit mériterait sans doute un peu plus de discipline.

Mais alors, j’étais loin d’imagine le coeur de ces parents dans l’avion qui bat la chamade, les hurlements intérieurs qui supplient toutes les instances possibles pour que bébé ou petit-lou se calme enfin. Car ces moments « dérangeants » pour les autres passagers, sont avant tout des moments de stress et d’énervement intenses pour les parents. Et si ils se prennent en plus des remarques ou regards accusateurs / moralisateurs c’est le pompon…

Mais alors, trop occupée à observer le petit monstre faisant son show parterre, je ne voyais pas les peut-être larmes aux yeux de la maman tout à côté, je ne ressentais pas son malaise évident et son envie de rentrer sous terre ou de pouvoir disparaître d’un coup de baguette magique avec son petit.

Je ne pouvais sans doute pas comprendre.

Tous les parents d’un ou plusieurs enfants peuvent ressentir ces moments de solitudes, et maintenant que je suis maman, qui plus est, maman de 2, cela fait de plus en plus partie de mon quotidien.

Je vous en parle aujourd’hui car j’ai besoin de partager un peu mon malaise, tout simplement car je ne sais pas trop comment y faire face.

Je ne veux pas jeter la pierre aux personnes sans enfants qui comme je l’ai été, peuvent être dérangées, etc. Mais j’ai juste un peu difficile avec l’aspect « jugement » de ces regards parfois un peu durs.

Oui j’ai fait 2 enfants un peu coup-sur-coup, ils n’ont même pas 2 ans d’écart. Quand Petit Chéri était encore tout bébé, et Petite Chérie sage et calme comme-depuis-toujours, tout paraissait facile et si parfois nous ne passions pas inaperçu pour autant, l’aspect du tout petit bébé faisait comme un effet d’indulgence.

Maintenant qu’ils ont presque 2 et presque 4 ans, cela se complique. Les caractères s’affirment, les prises de positions, les cris et autres je-te-pique-ton-jouet se multiplient. Sans oublier les je-ne-tiens-pas-en-place, les « NON » lancés de manière si ferme aux parents (et en public c’est encore mieux).

Pourtant, mes enfants sont loin d’être difficiles, c’est juste que à 2, à l’heure actuelle, ils s’électrisent un peu l’un l’autre et que forcément cela met du peps dans le quotidien.

Et soit c’est moi qui suit tellement « dans mon trip maman », soit c’est la société qui a un peu oublié, mais oui un enfant ça bouge, ça crie, ça s’émerveille (et pas discrètement), ça saute, ça pleure aussi, ça ne comprend pas non plus comme un adulte (et à 2 ans ou 4 ans, je crois que c’est un peu tôt pour être Sage et raisonnable).

Et puis aussi, il y a la fatigue du quotidien qui n’aide pas, le fait que contrairement à nos mamans, notre génération de maman bouge sans doute un peu plus et on reste moins cloisonnée à la maison « le temps que les enfants grandissent ».

Alors à tous ces « ils sont toujours comme ça ? », « tu verras, dans 1 ou 2 ans ça ira mieux », « courage hein, c’est pas facile », « nous il/elle ne fait jamais ça » j’ai juste envie de dire j’aime et j’assume mes enfants tels qu’ils sont. Ils sont pleins de vies, pétillants et heureux, et même si je suis très loin d’être laxiste et que je tiens à la discipline, je ne peux pas non plus les obliger à rester parfaits en toutes circonstances.

Comme me le rappelait bien à point un livre récemment, je devrais plutôt m’inquiéter à leur âge si ils étaient curieusement trop calmes…

Et vous, des expériences similaires ?

* * * Belle journée * * *

[photo de la couverture « Martine fait du camping »]

4 commentaires sur « Le regard des autres… »

  1. Coucou, moi j’ai une fille de 2 ans et demi et j’ai aussi vécu des moments pareils en public. Comme tu le dis, ça fait partie de l’apprentissage d’un enfant et c’est tout à fait sain qu’il se frotte à l’autorité de ses parents pour faire sa place, créer son identité. Le contraire serait inquiétant. On s’en fiche du regard des autres, seuls les parents savent ce qui est bon pour leur enfant. Continue dans la voie que tu t’es fixée. Courage!

    1. Merci pour ton mot ma belle ! Oui tu as raison, on s’en fiche ! Même si pas toujours facile à gérer quand des commentaires viennent de proches parfois. Courage à toi aussi ^^ Belle journée !

  2. Oh que cela fait du bien de lire ça… Je me sens moins seule d’un coup… Mes filles ont 21 mois d’écart et même si elles s’entendent très bien, elles se disputent aussi ou « testent » les limites de mon autorité… J’essaye de faire de l’humour ou de détourner leur attention pour désamorcer les cris et les larmes, mais j’avoue parfois ma patience est à bout…Alors, comme vous, j’essaye de me rappeler que ce sont des enfants… Et jusqu’ici ça a toujours suffit à me détendre face aux vieux grincheux.. ;o)

    1. Coucou Caro, oui ça fait du bien de partager hein ! On les aime à la folie nos petits chéris (chez moi c’est 22 presque 23 mois d’écart), et même quand parfois ils nous tournent en bourrique, mais le regard moralisateur ça c’est toujours moins drôle. Moi aussi ça m’a fait beaucoup de bien de lire cette bête phrase dans ce livre, on devrait s’inquiéter du comportement contraire. C’est tellement vrai ! 🙂 Belle soirée !

* Laisser un commentaire *

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s