Adieu, tétine…

519CDKWVJWL

J’entends des pleurs, je monte en courant. Ce soir je n’attendrai pas 5 minutes que ça passe peut-être tout seul. Car je sais que ça ne passera pas. Aujourd’hui tu t’es séparée de ce petit quelque chose qui t’a accompagné depuis que tu avais à peine quelques semaines. Cette petite chose qui t’a aidée à passer certains caps, à grandir. A nous séparer un peu aussi pour trouver ton indépendance. Elle t’a aidée à dormir seule dans ton berceau et plus dans mes bras. Elle t’a aidée ensuite à dormir seule dans ta chambre et plus près de nous. Elle t’a rassurée et apporté du réconfort dans les moments de tristesse ou de douleur. Tu l’as tellement machouillée quand les dents t’embêtaient et te faisaient mal. Elle t’a aidée aussi quand tu as passé le cap de la crèche à pouvoir faire de bonnes siestes. Elle t’a suivie quand l’année dernière tu as rejoint l’école maternelle. Tu ne la prenais que pour dormir, mais elle était là et te rassurait. Et puis le temps a passé et il a été temps de penser à se séparer. Depuis l’été tu me disais que tu la donnerais au Grand Saint. Mon coeur de maman était si fier, si rassuré aussi (car le dentiste n’était plus trop notre copain). Cependant je n’étais pas sure que tu avais bien compris que le soir en rentrant, en retrouvant ton lit et ton doudou, qu’elle ne serait plus là… J’ai pris le temps de bien t’expliquer. Nous avons lu l’histoire de Corentin. Tu me disais avec ton air sérieux « mais oui maman, je sais ». Et puis ce soir est venu et je t’entends pleurer. Dans ton sommeil ta main cherche à côté et sous l’oreiller. Comme un réflexe. Et tu gémis. Et moi j’ai mal dans mon coeur de te voir mal. Je prends ta main et je te fais un grand câlin. Je sais que tu vas être courageuse, et nous aussi. Et je ne pense pas que c’est cette première nuit sans tute qui est aussi difficile pour moi, mais plutôt la concrétisation de ta souffrance ce soir et de ce cap difficile que tu dois pourtant passer. Cela me montre et me rappelle que des caps difficiles, tu devras encore en rencontrer, car la vie est semée d’obstacles et que c’est comme ça aussi que l’on grandit. Cela me rappelle que mon coeur de maman souffrira encore comme il a mal ce soir de voir mon bébé, ma grande fille, mon tout petit bébé souffrir… que c’est la vie et que je n’y peux rien. Je peux juste être là. Et t’apporter tout mon amour pour t’accompagner et t’aider à grandir. Comme cette force que tu mets en serrant ma main si fort ce soir mon ange, je t’aime…

***

5 commentaires sur « Adieu, tétine… »

    1. De tout coeur aussi avec toi alors ! Il y en a pour qui ça passe tout seul, ici ce fut un peu plus dur. Mais si ça peut rassurer, la 2ème nuit n’a rien de comparable à la première, ouf ! On est sur la bonne voie !

    1. Merci Nath ! Oui c’était très douloureux de la voir comme ça, heureusement ça va déjà mieux et c’est comme ça, mais le coeur de maman qui se brise, on contrôle pas ^^ Bises !

* Laisser un commentaire *

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s